Lydie Arickx est artiste. Depuis longtemps elle appréciait et soutenait le travail de Stani Nitkowski.
En janvier 2002, elle organisera dans le cadre du Salon Comparaisons à Paris, un espace qui sera un " Hommage à Stani Nitkowski " avec d'autres amis artistes.
Elle a souhaité également nous adresser ce texte-poème.
 

Face à l'œuvre désincarnée
on ne peut pas rester au bord -
on est plongé dedans
dans le brasier à vif et dans la cendre
irradié par l'œuvre à genoux
tout ce monde énorme qui grouille,
qui respire,
transpire, agonise et inspire au travers des yeux
noirs
comme le sang comme l'encre dans les veines
scarifications de la pensée mystique
du non-renoncement et de l'amour
une peinture comme une vie pour elle
pour la prêtresse pour la putain
cette fulgurance dans le geste dans la
secousse sismique, jusqu'à hurler -
cette dualité à aimer et à se battre
se battre avec la toile, à la vider de
son sang
s'accomplir et s'excommunier pour copuler
avec elle, jusqu'à la lie,
jusqu'à l'agonie du dire -
Du fond des plaies la lumière naît
pour nous
du coin des lèvres du bord des yeux
du noir des yeux
elle vient purifier le noir
et nous laver pour mieux t'aimer
Stani -

Lydie Arickx
23 octobre 2001